Art Exhibitions

MAINTENANT @ LA CANTINE DU FAUBOURG: ALI CHAABAN

The 2017 season will start with an exhibition around the works of the young Lebanese talent Ali Chaaban. At 25, Ali is already identified as one of the contemporary artists with the most interesting potential of the region. His work around nostalgia and exile will be complemented by an exclusive installation for the Cantine du Faubourg around the theme of the carpet.

 

SHADOWMAN @ LA CANTINE DU FAUBOURG

Celui que l’on nomme « Le parrain du Street Art », Richard Hambleton, exposera ses oeuvres à La Cantine du Faubourg, pour la première fois au Moyen-Orient – du 15 novembre 2015 au 15 février 2016.
En collaboration avec Nicholas Spree de Woodbury Art, nous ouvrons nos portes à un être d’exception, meneur du mouvement « Downtown New York », aux côtés de ses amis Keith Haring and Jean-Michel Basquiat. Reconnu dans le monde entier comme l’un des plus fiers ambassadeurs de l’expressionnisme Pop, son travail fait partie de notre imaginaire collectif, une expérience à la fois sociale et artistique. « Ce qui rend (mes oeuvres) intéressantes reste la puissance de l’imagination de celui qui les perçoit. Dans la seconde où l’on reçoit mes silhouettes. C’est là, le plus important. »
Richard Hambleton a influencé toute une génération d’artistes de rue, comme Bansky et Blek le Rat. Nous sommes touchés, émus et fiers d’accueillir ses oeuvres vivantes, énergiques et parfois violentes, dont 10 séries limitées 1/50 et trois originaux.

 

NADINE KANSO

La Cantine du Faubourg welcomed March 2016’s art scene with Nadine Kanso, who in herself and through her work, is the DNA of Dubai.  Lebanon is her country of birth, Dubai has become her world of expression.

She has experienced the city’s creative awakening and enthusiastic expansion over the past 17 years.  From her roots to her new home of adoption, Nadine Kanso’s work explores new ways to express what it means to be an Arab in today’s world.  Crying out Beirut’s dualism of both suffering and joy, underlining Dubai’s ambivalent shapes, both extravagantly materialistic and humanly authentic.

Her message is a message of optimism, written out in the ancient art of calligraphy, throughout her photography, collages and now, the walls of La Cantine du Faubourg.  This creative dialogue masterfully confronts issues of cultural identity, offering very personal insight yet allowing room for the individual to ponder.

Nadine Kanso is a multimedia artist: from her jewelry brand Bil Arabi, to her photography, collages and designs, a single voice rises, one that questions the diversities of the Arab world through a single positive expression of hope; this is why La Cantine du Faubourg will donate 50% of the proceeds to the Hamdan International Photography Award.

 

KOKIAN EST DE RETOUR A LA CANTINE DU FAUBOURG DUBAÏ

Des mots, de la couleur, de l’écriture, du noir et blanc.  C’est Kokian.  L’artiste connu pour ses insolents graffitis fait son retour à La Cantine du Faubourg.

Kokian  avait déjà « griff’-graffé » les murs du restaurant.  Son empreinte est partout : des toilettes hommes en noir et blanc aux toilettes femmes tout en rose, jusqu’à l’immense fresque « street art » qui encadre les cuisines, puis l’entrée de l’établissement, joyeuse et empourprée d’une extravagance toute émirienne.  D’autres pièces, créées spécifiquement pour Dubaï, crient, hautes en couleurs, pour une exposition temporaire, qui durera jusqu’à l’automne.

« La Cantine du Faubourg, c’est un rendez-vous artistique où l’on mange avec les yeux, où l’on nourrit son esprit.  Photographes, peintres, sculpteurs, artistes multi-media et de tous horizons y ont leur place, » explique Rizwan Kassim, co-propriétaire, La Cantine du Faubourg Dubaï.  « Il était tout naturel que nous y exposions  Kokian, car il fut le premier talent à descendre l’’escalier-galerie’ de La Cantine du Faubourg à Paris, il y a 15 ans maintenant, » raconte Pierre Pirajean, créateur et co-propriétaire du concept.  « Véritable ‘artiste maison’, Kokian appose sa signature sur nombre supports de communication : cartes de visite, flyers, porte-menus…  jusqu’à nos auvents, » poursuit-il.

Kokian est né à Paris en 1971.  Il passe son enfance entre le Maroc et la Birmanie, avant un retour en France, vécu dans la douleur.  Elevé à la croisée de l’Orient et de l’Occident, le jeune homme éprouve des difficultés à s’adapter à Paris.  En pleine révolte, il quitte le foyer pour connaître une vie d’errance et de solitude. Son œuvre, viscéralement engagée, s’insurge contre les inégalités sociales.  C’est à New York qu’il vit une renaissance.  Il en parcoure, boulimique, les rues, les grandes avenues…  en retient les graffitis, le « street-art », infusé d’une touche de Basquiat.  Aujourd’hui Kokian est un artiste reconnu, dont les tableaux sont exposés de Paris à New York et Moscou.

A consommer sans modération cet été à La Cantine du Faubourg Dubaï !